Agrippine
membre actif
membre actif
Messages : 1277
Enregistré le : 01 juin 2014 13:02

Re: syndrome post-lyme

Message par Agrippine »

hugo.rod a écrit :Le sujet est complexe...effectivement.

J'ai le sentiment personnel que la médecine humaine n'est peut être pas la mieux disposé à solutionner le problème. Pour des maladies animales, nous affectant directement, pourquoi la recherche ne se penche t elle pas sur les espeçes d'ongulés, de canides, mustellidés,de rongeurs, Ect...?

Pourquoi certaines espèces animales comme le chien, ou certains ongulés contracte ces maladies et arrivent à s'auto immunisé?
Pourquoi certaines espèces ne contracte t'elle pas du tout lyme?.

Pourquoi ne pas commencer a s'intéresser au fonctionnement de cette bactérie dans son milieux d'origine, les espèces animales? La ou elle vit, là d'où elle vient, là où elle c'est adapté, là où elle a développé ces forces et certainement ces faiblesses?


Quand je constate le "bourbier" dans lequel c'est engagé et enragé les chercheurs de la médecine générale et l'obstination qu'elle continue d'y mettre dans les justifications, la gué guerre du c'est moi qui est raison...Je reste rêveur. Pour relever la sauce je pense qu'il manque un ou deux bons veto au milieux de tout ca! Ca relèverai peut être le niveau...qui c'est?
Histoire de température corporelles. Certaines espèces sont à 38C° et crament les BB. De ce fait, se trouvent dans la catégorie des porteurs sains..

Pour avoir discuté l'affaire avec un véto, chez les animaux c'est plus simple :
1 - l'animal malade ne bouge plus et donc le propriétaire repère très vite la maladie. De ce fait, le traitement commence très tôt. Un animal ne se force pas à continuer à faire quand il n'est pas bien.
2 - Après le traitement l'animal a peut être des séquelles mais il s'adapte. Un brouillard cérébral est-il vraiment repéré par un chat, un chien, un cheval et/ou son propriétaire ? Un chien ou chat qui conserve comme séquelle des fourmis dans une patte : est-ce grave pour lui ou pas ?
3 - Un animal malade ou en traitement réduit son activité et se repose +++, ce que ne fait pas forcément un humain malade.

Pour les animaux non repérés : ils meurent ou deviennent fous ou les deux :beurk


Je crois qu'une partie des "choses" se passe au niveau de la perception du malade (humain ou animal) et comment il "estime les séquelles".

Attention : je ne dis pas que c'est psy ou une bêtise du genre. Je parle de perception, de ressenti et de l'impact sur la vie de tous les jours.

Et cette histoire de post-lyme permet aussi de dire qu'il ne peut pas y avoir de chronicité :langue
:pasparler

Avatar du membre
christine
membre actif
membre actif
Messages : 6193
Enregistré le : 23 oct. 2005 19:15
Localisation : melleroy 45

Re: syndrome post-lyme

Message par christine »

Un brouillard cérébral est-il vraiment repéré par un chat, un chien, un cheval
Ben pour un cheval à l'obstacle, mieux vaut pas, si non, scratch le cavalier!!!

Agrippine
membre actif
membre actif
Messages : 1277
Enregistré le : 01 juin 2014 13:02

Re: syndrome post-lyme

Message par Agrippine »

christine a écrit :
Un brouillard cérébral est-il vraiment repéré par un chat, un chien, un cheval
Ben pour un cheval à l'obstacle, mieux vaut pas, si non, scratch le cavalier!!!
Certes ! Mais si le cheval est dans le potage, le cavalier devrait s'en rendre compte assez rapidement, normalement.

Tu vas faire de l'obstacle avec un cheval que tu ne sens pas "en main" comme d'habitude ? Moi pas. La première fois je me dis qu'il est dans un jour sans, mais s'il continue à avoir un comportement pas normal, j'interroge le véto.

Pour faire de l'obstacle, il faut une énorme complicité avec le cheval (enfin, de ce que je m'en souviens :oops: parce que cela fait plus qu'une paie que je n'ai pas monté) et ne faire qu'un. Être à l'écoute de sa monture, repérer ses "petites erreurs" (et aussi les nôtres, bien sûr).

D'accord avec toi pour le crash du cavalier (me rappelle un refus magique : j'ai appris à voler. Comme les normands avec Astérix ! )
:pasparler

Avatar du membre
christine
membre actif
membre actif
Messages : 6193
Enregistré le : 23 oct. 2005 19:15
Localisation : melleroy 45

Re: syndrome post-lyme

Message par christine »

Je crois qu'un jour ou l'autre on a tous volé avec ou sans dégâts!!!!

Avatar du membre
MissTik
membre actif
membre actif
Messages : 991
Enregistré le : 02 mai 2015 21:07
Localisation : Creuse (23)

Re: syndrome post-lyme

Message par MissTik »

Agrippine a écrit : Histoire de température corporelles. Certaines espèces sont à 38C° et crament les BB. De ce fait, se trouvent dans la catégorie des porteurs sains..
Alors pourquoi les lymés ayant une légère fièvre du fait d'une co-infection ne vont pas mieux? Une fébricule à 38° devrait calmer les borrelias, non? :quoi
Pour avoir discuté l'affaire avec un véto, chez les animaux c'est plus simple :
1 - l'animal malade ne bouge plus et donc le propriétaire repère très vite la maladie. De ce fait, le traitement commence très tôt. Un animal ne se force pas à continuer à faire quand il n'est pas bien.
2 - Après le traitement l'animal a peut être des séquelles mais il s'adapte. Un brouillard cérébral est-il vraiment repéré par un chat, un chien, un cheval et/ou son propriétaire ? Un chien ou chat qui conserve comme séquelle des fourmis dans une patte : est-ce grave pour lui ou pas ?
3 - Un animal malade ou en traitement réduit son activité et se repose +++, ce que ne fait pas forcément un humain malade.

Pour les animaux non repérés : ils meurent ou deviennent fous ou les deux :beurk
Pour les chats ça doit être plus hard à détecter car bien souvent ils ne montrent pas qu'ils sont patraques, et parfois en cas de maladie grave lorsqu'ils commencent à agir bizarrement et le montrer c'est déjà trop tard ou presque... :triste

Répondre

Retourner vers « Chronicité des maladies à tiques »