Forum Lyme Francophone

Media-tiques, portail francophone d'informations sur les maladies vectorielles à tiques • France Lyme
Nous sommes le 12 Déc 2018 01:55

Les heures sont au format UTC + 2 heures [ Heure d’été ]




Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas modifier de messages ou poster de réponse.  [ 74 messages ]  Aller vers la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 06 Mars 2008 12:19 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 14 Déc 2006 16:24
Messages: 351
Bonjour Léa,

Je ne doute pas de ton courage, ni de ta détermination, ni de ton dossier béton, ni des mobiles qui te font agir, ni de la qualité de ton histoire personnelle. Je te crois aussi parfaitement capable d'assumer les risques de ce que tu veux faire.

En revanche je m'interroge sur la stratégie à utiliser, c'est un système qui débloque dans notre cas, et l'origine du déblocage ne vient pas de chez nous. Ce n'est pas une raison pour ne rien faire, nous sommes d'accord.
Mais dans ce qu'il y aurait à faire, connais-tu suffisamment le côté administratif du dossier Lyme français, pour faire "la chose qu'il faut"? Connais-tu les rouages masqués qui nous valent un refus après l'autre? As-tu une idée des personnes qui tirent réellement les ficelles au-delà de celles qu'on veut bien nous désigner?

Ce que je crains, c'est que ce déballage entraîne des dommages collatéraux qui ne serviront que quelques intérêts privés (rivalités entre professionnels), et qu'ensuite pour nous ce soit retour à la case départ, avec quelques joueurs en moins, donc affaiblis.
Et ça aura finalement surtout servi la cause de ceux qui ne veulent pas que l'affaire sorte.

Je comprends très bien que tu n'en puisses plus et que tu veuilles jouer le tout pour le tout, mais j'ai des doutes sur l'opportunité de la démarche telle quelle. Et surtout je me pose de très très grosses questions sur les mobiles des personnes qui te poussent dans cette voie.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 06 Mars 2008 15:19 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 07 Avr 2006 12:34
Messages: 477
Lulu a écrit:

Mais dans ce qu'il y aurait à faire, connais-tu suffisamment le côté administratif du dossier Lyme français, pour faire "la chose qu'il faut"?

Connais-tu les rouages masqués qui nous valent un refus après l'autre? As-tu une idée des personnes qui tirent réellement les ficelles au-delà de celles qu'on veut bien nous désigner?


lulu
comme tu as l'air de connaitre, je compte sur toi pour éclairer ma lanterne
Ensuite il y a deux solutions: soit "la chose qu"il faut" on la prend par le bas de l'échelle" .... ou par le haut et là, ce serait passer par une instance européenne (ne pas oublier que des labos et médecins européens ont été clairement mis en cause...et je puis t'assurer que cela ne leur convient nullement....


Lulu a écrit:

Ce que je crains, c'est que ce déballage entraîne des dommages collatéraux
qui ne serviront que quelques intérêts privés (rivalités entre
professionnels), et qu'ensuite pour nous ce soit retour à la case
départ, avec quelques joueurs en moins, donc affaiblis.
Et ça aura finalement surtout servi la cause de ceux qui ne veulent pas que l'affaire


Lulu,
désolée, c'est là que je puis plus cautionner
Si tu connais le vrai problème, ben expliques nous....
Y en a vraiment plus que mare des sous-entendus....
et ainsi je serais qq mieux fixée.. sur certains tenants et aboutissants

Lulu a écrit:
Je comprends très bien que tu n'en puisses plus et que tu veuilles jouer
le tout pour le tout, mais j'ai des doutes sur l'opportunité de la
démarche telle quelle. Et surtout je me pose de très très grosses
questions sur les mobiles des personnes qui te poussent dans cette voie.


Lulu, ce n'est pas tant que "je n'en puisse plus" c'est vraiment : ras les socquettes pour tout le monde .
Se taire et encore se taire... moi je dis niet

Des personnes qui me poussent???? Où tu vois jouer cela?????
Si tu parles de Xave et Tony.... eh ben par le biais de ce message, je les remercie d'oser parler" vrai"
Allez, à la prochaine..
léa


Modifié en dernier par dave le 06 Mars 2008 17:52, modifié 1 fois.
correction balise citation


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 06 Mars 2008 16:44 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 14 Déc 2006 16:24
Messages: 351
Pas de problème Léa.
Profite bien de tes vacances, on voit ça à ton retour.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 06 Mars 2008 18:15 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 07 Avr 2006 12:34
Messages: 477
merci Dave for the correction

Lulu?? :P :P tu parles de vacances!!! j'en rêve!

léa


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2008 11:01 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 17 Oct 2007 19:13
Messages: 255
Localisation: Strasbourg
Léa a écrit:
1. Arrêtez de philosopher sur ma proposition : ou bien vous êtes d'accord ou bien non , basta..j'ai largement donné dans l'analyse durant 14 années...pour moi, si ma santé le permets..je serais dans l'action sans plus aucune concession.


Léa, tes choix te sont propres, mais rentrer dans le détail du pourquoi et du comment permettrait à d'autres malades de décider s'il est opportun pour eux de se lancer dans le même genre de démarche que toi, quel que soit le sujet. Par ton vécu, tu as un rôle prescripteur d'opinion naturel. Donc, si on te critique, j'ose espérer que ce n'est pas pour t'empêcher d'agir, mais surtout pour voir si ce que tu fais, d'autres peuvent le faire aussi.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2008 12:20 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 17 Oct 2007 19:13
Messages: 255
Localisation: Strasbourg
Lulu a écrit:
En revanche je m'interroge sur la stratégie à utiliser, c'est un système qui débloque dans notre cas, et l'origine du déblocage ne vient pas de chez nous. Ce n'est pas une raison pour ne rien faire, nous sommes d'accord.


Tu parles de stratégie comme s'il devait y en avoir qu'une seule, décidée de façon centralisée. Je pense au contraire que chacun a sa propre stratégie en fonction de ses objectifs personnels, et qu'il y a des espaces de coordination collectifs plus ou moins intenses, qui vont du forum public neutre comme celui-ci, jusqu'à l'association intégrée.

Des actions individuelles spontanées, si elles sont bien menées et si elles se répondent bien les unes les autres, peuvent avoir une efficacité bien plus grande qu'une association au fonctionnement très institutionnel ou qu’un catéchisme invariable. Ce qu’on appelle le « buzz marketing » est en train de devenir un véritable standard.

Lulu a écrit:
Mais dans ce qu'il y aurait à faire, connais-tu suffisamment le côté administratif du dossier Lyme français, pour faire "la chose qu'il faut"? Connais-tu les rouages masqués qui nous valent un refus après l'autre? As-tu une idée des personnes qui tirent réellement les ficelles au-delà de celles qu'on veut bien nous désigner?


Je comprends qu’il vaut mieux agir bien informé, mais pourquoi donc postuler qu’il y a une « chose qu’il faut faire » ? Ca correspond toujours à cette idée qu’on décide d’une stratégie de manière centralisée et abstraite, pour qu’ensuite les gens appliquent indépendamment de leurs aspirations personnelles. Par-dessus le marché, il faudrait être capable d’identifier a priori et de façon incontestable laquelle, parmi les méthodes envisageable, serait la meilleure.

Ca me fait penser aussi à (désolé pour la référence, mais ma culture est ce qu’elle est…) Ken le Survivant, qui doit toucher des points étoilés bien précis pour atteindre son objectif (au choix faire exploser la cervelle de son ennemi ou le découper en tranches). Ken atteint son objectif à coup sûr. Mais, effectivement, nous n’avons pas toutes les informations pour savoir ce que peuvent produire nos actions. Jamais. Nous agissons toujours plus ou moins à tâtons. Il y a toujours une dose de sérendipité dans ce que nous faisons (mot que j’ai appris grâce à Vlad, et je l’en remercie). Ainsi, l’objectif classique d’une provocation (dans le bon sens du terme), c’est d’obliger l’adversaire à se démasquer.

Mais si tu as des informations qui nous permettraient de se dispenser de cette étape, je te serais, comme Léa, reconnaissant de la partager avec nous.

Lulu a écrit:
Ce que je crains, c'est que ce déballage entraîne des dommages collatéraux qui ne serviront que quelques intérêts privés (rivalités entre professionnels), et qu'ensuite pour nous ce soit retour à la case départ, avec quelques joueurs en moins, donc affaiblis.
Et ça aura finalement surtout servi la cause de ceux qui ne veulent pas que l'affaire sorte.


Je suis sidéré par ta fascination morbide pour les intrigues. J’en viens même à me demander si ta réticence au « déballage » ne s’explique pas par un désir de maintenir des schémas de pensée organisés autour de ces intrigues, parce qu’elles sont simples à énoncer et propices à une gymnastique intellectuelle plaisante. Ce concept de « déballage » s’inscrit dans une certaine conception de la démocratie où la société civile joue un rôle important. D’une certaine façon, « déballer », c’est faire confiance à la société civile, et à sa capacité de produire du bon.

Ta réflexion pose incidemment une question éthique : peut-on reprocher quelque chose à quelqu’un qui, par ses actions et inactions, n’a simplement pas eu comme préoccupation principale l’intérêt supposé de quelque groupe ?

Lulu a écrit:
Je comprends très bien que tu n'en puisses plus et que tu veuilles jouer le tout pour le tout, mais j'ai des doutes sur l'opportunité de la démarche telle quelle. Et surtout je me pose de très très grosses questions sur les mobiles des personnes qui te poussent dans cette voie.


Je ne crois pas que Léa (elle me contredira si je me trompe) soit dans l’état d’esprit de la personne désespérée qui en vient aux actions médiatiquement suicidaires par défaut d’espoir. Je crois qu’il y a surtout l’intuition qu’une telle action est de nature à faire bouger les lignes.

A propos de « démarche telle quelle », laquelle ? Parce qu’on a parlé de choses vraiment très générales avec de multiples variantes possibles...

Quant aux personnes qui la poussent dans cette voie, de qui s’agit-il ? J’en fais partie ? En tous cas, mes mobiles à moi ne sont pas différents de ce que je raconte ici...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2008 12:56 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 27 Jan 2006 12:22
Messages: 186
Localisation: Landes
bonjour
voilà ce qu'écrivait Laurent l'an dernier :
Citer:
Oui, j'ai un avocat depuis le debut et il est au courant du probleme. J'envoie aussi systematiquement des courriers recommendés en AR, aux docteurs, a l'hopital.
C'est souvent inefficace sauf dans un seul cas: Il faut que quelqu'un d'autre que le malade envoie la lettre en AR car la il y a une personne exterieure (inconnue a priori du medecin). Ca m'est arrivé de le faire pour un copain malade:
Le medecin s'est mefié et a fait ce qu'il faillait faire tres rapidement. C'est triste mais si on montre les dents, ca peut parfois marcher.

en cas de mécontentement on peut chercher un autre médecin ou voir son remplaçant pt les vacances ...
mais le recours au conseil de l'ordre s'impose si 2 médecins du même quartier t'envoient promener - j'en ai déjà parlé ici mais pas de réponses enthousiastes et il ne s'agit pas d'un procès juste d'une mise au point à l'amiable !le Président du C.O lui-même se penche avec bienveillance :) sur ton cas et ça peut débloquer une situation comme celle de l'ami Georges dont parle Xave c'est en sorte un médiateur un arbitre c'est son rôle dans les litiges médecins/patients
Françoise :mrgreen:
un coucou en passant à Léa :je pense à toi et ton petit monde :mouak


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2008 13:10 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 17 Oct 2007 19:13
Messages: 255
Localisation: Strasbourg
Françoise a écrit:
mais le recours au conseil de l'ordre s'impose si 2 médecins du même quartier t'envoient promener - j'en ai déjà parlé ici mais pas de réponses enthousiastes et il ne s'agit pas d'un procès juste d'une mise au point à l'amiable !le Président du C.O lui-même se penche avec bienveillance :) sur ton cas et ça peut débloquer une situation comme celle de l'ami Georges dont parle Xave c'est en sorte un médiateur un arbitre c'est son rôle dans les litiges médecins/patients


Son rôle est quand même ambigu, car le Conseil de l'ordre est aussi juridiciton disciplinaire à l'égard des médecins, et son président en est en quelque sorte le procureur. S'il peut user de la carotte pour régler un litige, il y a toujours cette possibilité latente de recourir au bâton, qui crispe nécessairement le médecin concerné. Cela dit, ce n'est pas une raison de ne pas le faire, il faut juste rester conscient de l'aspect "pas forcément franchement amical" du procédé.

D'un point de vue stratégique, je pense:
* que l'attitude des C.O. variera en fonction du caractère de ses membres, du climat local...
* que si on se met massivement à déposer des plaintes, à un moment, ça va se crisper, et ils vont finir par tous réagir dans le même sens (défavorable)

Cela dit, ce n'est pas une raison de ne pas faire, et ça permet au moins de constituer un dossier où l'on voit clairement les prises de position des uns et des autres.

Mais comment espérer faire évoluer de cette façon des pratiques qui sont considérées comme normales?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2008 16:29 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 27 Jan 2006 12:22
Messages: 186
Localisation: Landes
Tony
Citer:
que si on se met massivement à déposer des plaintes, à un moment, ça va se crisper, et ils vont finir par tous réagir dans le même sens (défavorable)

défavorable pour le corps médical je te l'accorde mais ça fera pointer du doigt le sujet qui nous préoccupe , je crois à l'effet boule de neige !

on ne dépose pas de plainte au conseil de l'ordre on raconte son histoire je suis peut-être naïve?
Françoise :hmm


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2008 16:41 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 14 Déc 2006 16:24
Messages: 351
Françoise,

Je suis d'accord avec toi. Nous sommes peut-être naïves ou de douces rêveuses, mais c'est la façon de procéder légale. De plus décider à l'avance de la manière dont vont réagir ces conseils, c'est du délit d'intention, non?
(sauf à les connaître de l'intérieur bien entendu mais si on avait ça sur le forum, notre problème serait réglé!)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2008 20:26 
en ce qui me concerne
Je ne sais toujours pas à ce jour si j'ai un lyme actif ! je ne sais pas si des abx pourrait améliorer mon état.
tout ce que je sais : c'est que mon état commence à alarmer certains médecins puisque évolutif . devant l'ampleur des symptômes , après mon dernier rendez vous avec un médecin de médecine interne, qui a passé plus de 2h30 avec moi (44 euros) , qui n'a pas pu m'apporter de réponses concrètes , juste des pistes de recherche complète quand aux examens supplémentaire à effectuer . Apparemment , il a des aprioris ou des connaissances sur lyme peu ou pas remis à jour .
beaucoup de mes symptômes ne peuvent pas être discuté puisque déjà confirmé par divers examens.
A aucun moment , il n'a pu me mettre dans une case psy ! il a même été surpris de mon " non anxiété" , de mon envie de me dépatouillé devant l'ampleur des symptômes(s'est son expression) . regrettant que ce ne fut pas fait avant . il a précisé à mon MT qu'il était temps d'apporter des réponses , d'effectuer tout un tas d'examens pour y voir plus clair.
il est clair qu'un médecin n'est pas un dieu .
est ce un bon médecin : oui .
même si je ne suis pas d'accord avec lui sur tout. notamment sur le fait d'effectuer un prélèvement du LCR pour lyme .
même si je ne suis pas ressortie avec des abx .
je pense que sa démarche est juste .
Burrascano , lui même , dit qu'il faut essayer de soigner certains symptômes avant d'envisager un trt abx dans un lyme chronique ayant évolué vers d'autres pathologies .
De plus , nous sommes certains que chez moi , il y a ou il y a eu lyme. mais nous ne sommes absolument pas certains qu'il n'y est pas d'autres pathologies qui ne soit pas du à lyme, ou la conséquence de l'infection à la borrélia.
prendre des médicaments qui aggravent mon cas ! je connais ...
je ne referais plus les mêmes erreurs .

Certaines pathologies ne pourront peut être pas être soignées . il faut aussi penser ou envisager que certaines d'entre elles peuvent entrainer une situation de handicap à long terme. dans ce cas , il faut envisager une reconnaissance de ces situations de handicap , selon un barème très complet en France ou tout les cas sont envisagé. Puis dans un second temps, apprendre à vivre avec au mieux .

suis je en droit de dire que tel ou tel médecin n'a pas fait son travail , n'a pas réagit à temps quand mon lyme date de plus de 30 ans , à l'époque ou cette maladie était encore si peu connu ?
suis je en droit d'incriminer tel ou tel médecin , parce qu'il ne m'a pas prescrit d'antibio dés l'annonce d'un diagnostic positif à lyme , alors qu'il date de plus de 30 ans ?
suis je en droit d'incriminer des médecins parce qu'ils essaient de comprendre ?
peut on incriminer , les labos de n'avoir pas de diagnostic fiable ?
dois je incriminer les médecins qui n'ont pas diagnostiqué lyme , 30 ans en arrière , alors que la maladie était si peu connue ?
Par contre , en effet :
---->ce serait grave que dans 30 ans , l'on trouve d'autres malades dans mon cas entre autre.
----> ce serait grave , de ne pas agir pour que d'autre malades chroniques qui ignorent leur maladie , ne puissent pas être diagnostiqué lyme , s'ils en sont atteints .

tout ce que j'essaie de dire c'est que nous ne pouvons que dénoncer ensemble certaines lacunes d'un système. qui n'évolue que trop doucement quand on est dans la situation d'un malade que ce soit pour lyme ou d'autres maladies.

en ce qui concerne lyme , l'avantage est que cette maladie n'est pas dangereuse si elle est diagnostiquée et bien soignée a temps . c'est à ce niveau qu'il faut agir . en véhiculant l'information par le biais de tous , des assos , des blogs, des forums , des sites , des fascicules etc

en ce qui concerne les cas chroniques avancés dans leur symptomatologie . rien est simple comme dans beaucoup de maladies chroniques, invalidantes . je reste persuader qu'elle est à traiter comme tout autre maladie chronique et invalidante. en effet on dit de lyme qu'elle a divisé le monde médical mais elle n'a pas la palme .
la palme revient aux symptomatologies sans nom, atypique , sans diagnostic , par manque de connaissances du corps médical , de la recherche de l'infiniment petit . ( je reste persuadé que lyme chronique datant de trop d' années est à inclure ).

par exemple depuis 2003, la découverte de certaines protéines : les aquaporines
http://expasy.org/prolune/dossiers/prolune011.shtml
ou tout reste à faire , notamment leur rôle dans certaine infection bactérienne ou virale .

Doit on faire le procès de l'ignorance ?

j'ai cru pendant plus de 5 ans que j'avais une SLA . une maladie qui est évolutive , non soignable , ayant plus de 15 formes( 3 il y a 10 ans) différentes sur biens des points . la recherche sur les causes en sont encore à ses balbutiements . des médicaments à l'essaie ont aggravé certains cas. est ce que ces malades sont aussi en droit de dénoncer des médecins parce qu'ils n'arrive à les soigner ? parce qu'ils ont eu du mal à les diagnostiquer .ça ne changera pas malheureusement à ce jour l'issu final , en attendant plus d'avancée dans la recherche.
même si certains en doute , le diagnostic est trés souvent difficile à obtenir , surtout lorsque les symptômes peuvent être retrouvés aux détours d'une multitudes de maladies.

mon fils est atteints d'une hémiplégie( 9 mois à me battre pour faire reconnaitre ce qui était évident) droite suite à une erreur d'anesthésie . devais-je me perdre dans un procès à long terme, à l'époque alors qu'il n'avait que 2 mois .
ou l'essentiel était :
- de mettre mon énergie à résoudre les problèmes qui pouvait être résolu
- de lui apprendre à vivre avec ce qui ne pouvait pas être résolu . grâce à tout une équipe médical compétente, nous avons tous fait des erreurs, mais dans l'ensemble , le combat est gagné . nous avons pu profiter d'une avance médical tel que le botox, entre autre .
A ce jour, 15 ans après , je ne regrette pas de n'avoir pas perdu mon temps dans un procès !
Comme le problème est survenu en clinique , il aura la possibilité de porter plainte même après ses 18 ans .
Mais honnêtement , pour en avoir discuté avec lui récemment , il n'est pas dans l'optique de le faire.
L'hémiplégie et ses troubles associés font partie de lui , c'est un battant , même si c'est invalidant pour certains gestes de la vie , il ne considère pas que le handicap soit un frein pour vivre pour atteindre ses buts .

Même si le statut des personnes en situation de handicap est loin d'être idéal dans notre société. beaucoup de chose sont faites en France pour palier à ce handicap. je précise le cas de mon fils car , pour moi si l'on dénonce ce qui ne va pas . il ne faut pas oublier de préciser ce qui va
:ensemble


Haut
  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Mars 2008 00:11 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 17 Oct 2007 19:13
Messages: 255
Localisation: Strasbourg
Lulu a écrit:
Je suis d'accord avec toi. Nous sommes peut-être naïves ou de douces rêveuses, mais c'est la façon de procéder légale. De plus décider à l'avance de la manière dont vont réagir ces conseils, c'est du délit d'intention, non?


Ce serait un délit d'intention si l'idée serait de leur en vouloir pour quelque chose avant même qu'ils aient pu commettre quelque faute. L'idée là, c'est surtout de savoir si ça vaut la peine d'entreprendre une action ou non, en spéculant sur l'attitude possible des gens qui ont à décider des suites. C'est pas la même chose.

Lulu a écrit:
(sauf à les connaître de l'intérieur bien entendu mais si on avait ça sur le forum, notre problème serait réglé!)


Il y a sûrement moyen de glâner des informations utiles d'une façon ou d'une autre, ne serait-ce qu'au détour d'une conversation de comptoir avec un médecin. Pour ceux qui n'ont pas l'occasion de rencontrer beaucoup de monde, faut voir qu'il y a progressivement un changement de génération, et que les médecins sont de plus en plus présents sur internet, sur les divers réseaux sociaux. Et puis le monde médical change de mentalité, et c'est peut-être ce qui va nous sauver. Ils redeviendront peut-être nos meilleurs ailliés, ce qu'ils n'auraient jamais dû cesser d'être.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Mars 2008 00:20 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 17 Oct 2007 19:13
Messages: 255
Localisation: Strasbourg
Françoise a écrit:
défavorable pour le corps médical je te l'accorde mais ça fera pointer du doigt le sujet qui nous préoccupe , je crois à l'effet boule de neige !


Je crois aussi à l'effet boule de neige, mais ces corporations ont des "intuitions géniales", ils savent le plus souvent quand ils estiment devoir étouffer une affaire et quand ils estiment devoir sévir. Il faut l'appui de la presse pour espérer infléchir les Conseils de l'ordre. Dernier exemple en date: le bruit récent autour de la radiologie... parfois au point même de trouver des boucs émissaires à livrer à la presse...

Françoise a écrit:
on ne dépose pas de plainte au conseil de l'ordre on raconte son histoire je suis peut-être


Comme dit, je crois qu'il y a deux volets:
:arrow: l'aspect psychologique: naïf ou pas, ça dépend des intentions des personnes qui sont en face... question d'individualités
:arrow: l'aspect juridique: un courrier adressé au Conseil de l'Ordre comportant l'énoncé de faits contraires à la déontologie ne peut pas être autre chose qu'une plainte


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Mars 2008 00:42 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 17 Oct 2007 19:13
Messages: 255
Localisation: Strasbourg
vero a écrit:
suis je en droit de dire que tel ou tel médecin n'a pas fait son travail , n'a pas réagit à temps quand mon lyme date de plus de 30 ans , à l'époque ou cette maladie était encore si peu connu ?
suis je en droit d'incriminer tel ou tel médecin , parce qu'il ne m'a pas prescrit d'antibio dés l'annonce d'un diagnostic positif à lyme , alors qu'il date de plus de 30 ans ?
suis je en droit d'incriminer des médecins parce qu'ils essaient de comprendre ?
peut on incriminer , les labos de n'avoir pas de diagnostic fiable ?
dois je incriminer les médecins qui n'ont pas diagnostiqué lyme , 30 ans en arrière , alors que la maladie était si peu connue ?
Par contre , en effet :
---->ce serait grave que dans 30 ans , l'on trouve d'autres malades dans mon cas entre autre.
----> ce serait grave , de ne pas agir pour que d'autre malades chroniques qui ignorent leur maladie , ne puissent pas être diagnostiqué lyme , s'ils en sont atteints .

tout ce que j'essaie de dire c'est que nous ne pouvons que dénoncer ensemble certaines lacunes d'un système. qui n'évolue que trop doucement quand on est dans la situation d'un malade que ce soit pour lyme ou d'autres maladies.


Il y a à mon avis deux approches qui sont complémentaires, qui ne s'excluent pas l'une l'autre:
:arrow: l'approche qualité, que tu cites, entreprendre des actions pour améliorer la qualité des soins
:arrow: l'approche éthique, qui consiste à passer au crible le comportement des professionnels, afin d'éliminer ce qui paraît inacceptable.

L'art étant difficile, les médecins n'ont qu'une obligation de moyens. Ils ne garantissent pas de tout savoir ou de guérir leur patient, mais simplement d'appliquer les bonnes pratiques professionnelles.

vero a écrit:
Doit on faire le procès de l'ignorance ?


Si l'on suit cette distinction, qui correspond d'ailleurs au droit en vigueur, ce n'est pas la simple ignorance qui est reprochable, mais l'ignorance fautive. Il faut se demander s'il est normal, d'un point de vue professionnel, en tenant comptes des difficultés et des contraintes du métier, que le médecin ne sache pas.

Le degré de responsabilité va donc varier, avec de multiples situations possibles comme le médecin de haut vol qui ignore volontairement des études scientifiques qu'il devrait reconnaître comme valide, et le généraliste débordé qui applique de bonne foi volonté un consensus en lequel il est supposé pouvoir avoir confiance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Mars 2008 01:07 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 14 Déc 2006 16:24
Messages: 351
Tony a écrit:
Ce serait un délit d'intention si l'idée serait de leur en vouloir pour quelque chose avant même qu'ils aient pu commettre quelque faute. L'idée là, c'est surtout de savoir si ça vaut la peine d'entreprendre une action ou non, en spéculant sur l'attitude possible des gens qui ont à décider des suites. C'est pas la même chose.

Excuse-moi mais même reformulé par tes soins, je ne vois pas la différence :quoi

Tony a écrit:
Il y a sûrement moyen de glâner des informations utiles d'une façon ou d'une autre, ne serait-ce qu'au détour d'une conversation de comptoir avec un médecin.

Tu ne vas pas les accuser de boire, en plus?! :shock:

Tony a écrit:
Pour ceux qui n'ont pas l'occasion de rencontrer beaucoup de monde, faut voir qu'il y a progressivement un changement de génération, et que les médecins sont de plus en plus présents sur internet, sur les divers réseaux sociaux.

Mouiii, et comme c'est honteux que seuls les jeunes médecins puissent s'éclater sur internet, j'avais pensé me reconvertir en proposant des cours de web aux médecins plus âgés :ensemble

(hé! c'est de l'humour, pas du sarcasme!) (faut bien détendre un peu l'atmosphère!)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas modifier de messages ou poster de réponse.  [ 74 messages ]  Aller vers la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Les heures sont au format UTC + 2 heures [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Recherche de:
Aller à:  


Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduit par phpBB-fr.com

 

 

Mentions légales | Media-tiques | France Lyme | Facebook | Twitter | RSS Contact

 

Application iPhone-iPod TouchApplication iPad

 

 

France Lyme France Lyme, Association de Lutte contre les Maladies Vectorielles à Tiques. 28 ter avenue Copernic 64000 PAU FRANCE
SIREN : 509 637 500 • SIRET du siège : 509 637 500 00018 • NAF : 94-99 Z

 

Association reconnue d'intérêt général.