Forum Lyme Francophone

Media-tiques, portail francophone d'informations sur les maladies vectorielles à tiques • France Lyme
Nous sommes le 26 Sep 2018 09:58

Les heures sont au format UTC + 2 heures [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Espoir ?
MessagePublié: 07 Avr 2010 21:19 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Fév 2007 01:55
Messages: 2484
Localisation: Tatooine
http://www.medicinenet.com/script/main/ ... key=115070


Citer:
Genetic Engineering Raises Hope for Lyme Disease Vaccine

By Alan Mozes
HealthDay Reporter
MONDAY, April 5 (HealthDay News) -- In an effort to combat Lyme disease, researchers have found that tick-borne transmission might be preventable by deactivating a key gene in the bacteria that enables infection.

Though to date the strategy has been tested solely in mice, theoretically the discovery could lead toward development of a vaccine that reduces the risk for infection.

"Certain genes are activated by the bacteria that causes Lyme disease during tick feeding, and for the first time we found the one that is absolutely necessary to transmit infection," said the study's lead author, Robert D. Gilmore Jr., a research microbiologist and head of the molecular and cellular microbiology lab in the bacterial diseases branch at the U.S. Centers for Disease Control and Prevention in Fort Collins, Colo.

Their findings are published in the April 5-9 online edition of the Proceedings of the National Academy of Sciences.

Lyme disease is transmitted by the bite of a black-legged tick infected with the Borrelia burgdorferi bacteria, according to the CDC. If caught early, the agency notes, a regimen of antibiotics can successfully tackle the disease in most cases. But if symptoms -- which include fever, headache, chills, a rash, muscle and joint aches and fatigue -- are not swiftly diagnosed and treatment started, Lyme disease can move across a person's joints, heart and nervous system.

In some instances, the ensuing infectious spread can provoke a host of problems, including severe joint pain and swelling, stiffness, heart palpitations, dizziness and a broad range of neurological issues. The exact mechanism underlying such long-term complications remains unclear, but some research has suggested that they might be the result of a compromised autoimmune response.

To cut Lyme disease off at the pass, Gilmore and his team set out to disrupt transmission at the genetic level. They homed in on the bacteria's "bba64" gene, which had been identified in earlier research, and genetically altered the bacteria to disable the gene. After injecting the reengineered bacteria into test mice, they allowed black-legged ticks to feed on the inoculated rodents.

In turn, a separate batch of 15 healthy mice was exposed to the ticks, which were newly infected with the altered bacterial strain.

After exposure to the altered bacteria-carrying ticks for about two months, just two of the mice had acquired Lyme disease, the study authors found.

The researchers then extracted the altered bacteria from the same ticks and injected it directly into healthy mice. They found that when injected with the altered bacteria -- rather than having been bitten by ticks that carried it -- healthy mice did, in fact, acquire Lyme disease.

This led the scientists to conclude that the altered bacteria could still prompt Lyme disease, but, as a practical matter, the disease could not be transmitted via normal tick bites when the bba64 gene was rendered nonfunctional.

"Now that we've targeted something that seems to be important in transmission, the logical thing would be to go ahead and see if it would work as a vaccine candidate," Gilmore explained.

"But I want to be clear that we have not yet done that," he cautioned. "And when you find genes that could be targeted for intervention strategies, it doesn't mean that it's going to work. It's an idea that now we have to test out."

Dr. Raphael B. Stricker, an attending physician at the California Pacific Medical Center in San Francisco and past president of the International Lyme and Associated Diseases Society, described the current effort as a "really sophisticated approach" to combating Lyme disease.

"The notion that you can specifically block infection by blocking or knocking out this gene is very interesting from a basic science point of view," Stricker said. "But I don't really know how this is going to translate into a vaccine, which is the point of this study. And I would be concerned about the safety of this kind of vaccine," he noted.

"But it's absolutely worth further investigation," he added. "And I would say that, if it would be safe, I think it would be very productive."

Copyright © 2010 HealthDay. All rights reserved.

SOURCES: Robert D. Gilmore Jr., Ph.D., research microbiologist and head, laboratory of molecular and cellular microbiology, Bacterial Diseases Branch, Division of Vector-Borne Infectious Diseases, U.S. Centers for Disease Control and Prevention, Fort Collins, Colo.; Raphael B. Stricker, M.D., attending physician, California Pacific Medical Center, San Francisco; April 5-9, 2010, Proceedings of the National Academy of Sciences, online

_________________
ApplicationsaCm


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Espoir ?
MessagePublié: 08 Avr 2010 20:29 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 26 Mars 2010 19:54
Messages: 275
Merci de cette information intéressante !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Espoir ?
MessagePublié: 09 Avr 2010 09:05 
Marsu,

Peux tu me résumer l'idée en français ? mon anglais laisse à désirer. merci

c'est un espoir pour un vaccin ?
Mais si on a déjà lyme ? ça marche pas...? je demande pour mes enfants. merci


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Espoir ?
MessagePublié: 09 Avr 2010 13:05 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 26 Mars 2010 19:54
Messages: 275
Traduction par Altavista

Le génie génétique suscite l'espoir pour le vaccin de la maladie de Lyme
Par Alan Mozes
Journaliste de HealthDay

Lundi 5 avril (nouvelles de HealthDay) -- Dans un effort de combattre la maladie de Lyme, les chercheurs ont constaté que la transmission transmise par morsure de tique pourrait être évitable en mettant un gène principal dans les bactéries qui permet l'infection.
Les plus défuntes nouvelles de maladie infectieuse

* Vaccin de la maladie de Lyme bientôt ?
* Démystifier un virus commun et persistant
* Des enfants dans les soins intensifs devraient être interviewés pour MRSA
* Empêchement de la maladie de Lyme
* Le taux d'infection de diff de C. peut rattraper MRSA
* Voulez plus de nouvelles ? Inscrivez-vous pour des bulletins de MedicineNet !

Bien que jusqu'ici la stratégie ait été examinée seulement chez les souris, théoriquement la découverte pourrait mener vers le développement d'un vaccin qui réduit le risque pour l'infection.

« Certains gènes sont activés par les bactéries qui cause la maladie de Lyme pendant le coutil alimentant, et pour la première fois nous avons trouvé celui qui est absolument nécessaire pour transmettre l'infection, » avons dit l'auteur important de l'étude, le Jr. de Robert D. Gilmore, un microbiologiste de recherches et le chef du moléculaire et le laboratoire cellulaire de microbiologie dans les maladies bactériennes s'embranchent au centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis dans le fort Collins, Colo.

Leurs résultats sont édités dans l'édition en ligne des 5-9 avril des démarches de l'Académie des Sciences nationale.

La maladie de Lyme est transmise par la morsure d'un coutil black-legged atteint des bactéries de burgdorferi de Borrelia, selon la CDC. Si attrapées tôt, les notes d'agence, un régime des antibiotiques peuvent avec succès aborder la maladie dans la plupart des cas. Mais si symptômes -- ce qui incluent la fièvre, le mal de tête, les froids, une éruption, muscle et maux et fatigue de joint -- ne sont pas vite diagnostiqués et le traitement commencé, la maladie de Lyme peut se déplacer à travers les joints d'une personne, le coeur et le système nerveux.

Parfois, la diffusion infectieuse suivante peut provoquer une foule de problèmes, y compris la douleur commune et le gonflement grave, la rigidité, les palpitations de coeur, le vertige et une large gamme des issues neurologiques. Le mécanisme exact étant à la base de telles complications à long terme demeure peu clair, mais de la recherche a suggéré qu'elles pourraient être le résultat d'une réponse autoimmune compromise.

Pour couper la maladie de Lyme au passage, Gilmore et son équipe se sont mis à perturber la transmission au niveau génétique. Ils ont autoguidé dedans sur le gène du « bba64 » des bactéries, qui avait été identifié dans la première recherche, et ont génétiquement changé les bactéries pour désactiver le gène. Après injection des bactéries reengineered dans des souris d'essai, elles ont permis aux coutils black-legged d'alimenter sur les rongeurs inoculés.

Alternativement, une série séparée de 15 souris saines a été exposée aux coutils, qui ont été nouvellement atteints de la contrainte bactérienne changée.

Après l'exposition au bactérie-transport changé fait tic tac pendant environ deux mois, juste deux des souris avaient acquis la maladie de Lyme, les auteurs d'étude trouvés.

Les chercheurs ont alors extrait les bactéries changées à partir des mêmes coutils et les ont injectées directement dans les souris saines. Ils ont trouvé cela une fois injectés avec les bactéries changées -- plutôt qu'après avoir été mordu par les coutils qui l'ont portée -- les souris saines, en fait, ont acquis la maladie de Lyme.

Ceci a mené les scientifiques conclure que les bactéries changées pourraient encore inciter la maladie de Lyme, mais, comme question pratique, la maladie ne pourrait pas être transmise par l'intermédiaire des morsures normales de coutil quand le gène bba64 a été rendu non fonctionnel.

« Maintenant que nous avons visé quelque chose qui semble être importante par transmission, la chose logique serait d'avancer et voir si cela fonctionnerait en tant que candidat vaccinique, » Gilmore a expliqué.

« Mais je veux être certain que nous n'ayons pas encore fait cela, » il ai averti. « Et quand vous trouvez les gènes qui pourraient être visés pour des stratégies d'intervention, il ne signifie pas qu'il va fonctionner. C'est une idée que maintenant nous devons examiner dehors. »

Dr. Raphael B. Stricker, un médecin présent au centre médical Pacifique de la Californie à San Francisco et président de passé du Lyme international et société associée des maladies, a décrit l'effort courant en tant que « a vraiment sophistiqué l'approche » à combattre la maladie de Lyme.

« La notion que vous pouvez spécifiquement bloquer l'infection par le blocage ou assommer ce gène est très intéressant d'un point de vue de la science de base, » a indiqué Stricker. « Mais je ne sais pas vraiment si ceci va traduire en vaccin, qui est le point de cette étude. Et je serais préoccupé par la sûreté de ce genre de vaccin, » il a noté.

« Mais il est absolument en valeur l'enquête postérieure, » il a ajouté. « Et je dirais que, s'il serait sûr, je pense que ce serait très productif. »

© de copyright HealthDay 2010. Tous droits réservés.

SOURCES : Jr. de Robert D. Gilmore, Ph.D., microbiologiste de recherches et chef, laboratoire de la microbiologie moléculaire et cellulaire, les maladies bactériennes s'embranchent, Division des maladies infectieuses Vecteur-Soutenues, centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis, fort Collins, Colo. ; Raphael B. Stricker, M.D., médecin de être présent, centre médical Pacifique de la Californie, San Francisco ; 5-9 avril 2010, démarches de l'Académie des Sciences nationale, en ligne


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Espoir ?
MessagePublié: 09 Avr 2010 14:35 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 09 Sep 2008 10:10
Messages: 201
merci pour cette traduction fort interessante!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Espoir ?
MessagePublié: 21 Avr 2010 13:03 
Et, avec un peu d'avance, ce vaccin pourrait il être thérapeutique ? cad quand la maladie est là, au stade tardif ?
j'ai entendu que Pasteur faisait des recherches sur les vaccins thérapeutiques...
merci


Haut
  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Les heures sont au format UTC + 2 heures [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Recherche de:
Aller à:  


Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduit par phpBB-fr.com

 

 

Mentions légales | Media-tiques | France Lyme | Facebook | Twitter | RSS Contact

 

Application iPhone-iPod TouchApplication iPad

 

 

France Lyme France Lyme, Association de Lutte contre les Maladies Vectorielles à Tiques. BP 10049 / Arcueil, 94114 La Poste ARCUEIL PDC
SIREN : 509 637 500 • SIRET du siège : 509 637 500 00018 • NAF : 94-99 Z

 

Association reconnue d'intérêt général.