Forum Lyme Francophone

Media-tiques, portail francophone d'informations sur les maladies vectorielles à tiques • France Lyme
Nous sommes le 21 Oct 2018 00:30

Les heures sont au format UTC + 2 heures [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 08 Déc 2014 16:49 
Hors-ligne
nouveau membre
nouveau membre
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 24 Nov 2014 15:14
Messages: 13
Je suis infirmière depuis trente ans et je me suis toujours dit que j'avais la très grande chance d'exercer un métier que j'ai choisi et que j'aime, ce qui n'est malheureusement pas donné à tout le monde.

Mais aujourd'hui, j'ai peur.
Lorsque je vois la rapidité à laquelle je glisse vers le handicap, j'ai peur de ne plus pouvoir exercer ma profession et ceci à brève échéance.

J'ai tout d'abord tenté de dissimuler mes problèmes locomoteurs. Je montais sur un marche pied pour aller chercher des dossiers ou autre matériel en hauteur, je serrais les dents lorsque je poussais un chariot bien trop lourd... Ca, c'est pour les douleurs des bras et mon incapacité à les lever.
Quant à la marche, je m'aidais d'une main que je mettais dans ma poche pour appuyer sur ma cuisse ce qui me permettait de mieux avancer.
Mais à présent je ne peux malheureusement plus faire illusion. Ma démarche est plus lente, chaloupée, j'ai du mal à monter les escaliers, je m'essouffle et suis aussitôt épuisée si je dois accélérer le pas...

Il y a quelques temps, avant même que je ne débute examens biologiques etc. une collègue infirmière m'a dit : "pourquoi ne te mets-tu pas travailleur handicapé, comme ça l'hôpital se fera de l'argent..."

Je pense que parfois les mots tuent plus sûrement que n'importe quelle maladie...

Un autre plus tard : "pourquoi tu ne demandes pas un post aménagé ?"
Eviter à une infirmière de marcher me semble difficile, je suis déjà dans un service de consultations, donc moins physique... et quand bien même, ça me ferait quitter un poste qui me passionne pour faire trois heures de route chaque jour...

Je n'avais parlé de mes problèmes de santé ni à l'un ni à l'autre...

D'autres réflexions suivirent : "vous êtes déjà fatiguée ! faut dormir la nuit..." , "celle qui boite"

puis ce fut une secrétaire qui, un matin, me hurla dessus "t'as envie de rien foutre..."
Forcément, il n'y a que lorsqu'on court qu'on donne l'impression de travailler. Alors celui qui se traîne, qui ne peut plus soulever de charges même légères donne le sentiment de prendre tout son temps, d'avoir envie d'en faire le moins possible...

Je ne cours plus depuis longtemps, mais je ne me plains pas, les douleurs, je fais avec, elles font partie de mon quotidien et tant que je tiens debout, je dois aller travailler, j'en ai besoin, dans tous les sens du terme.

Alors je développe maintes stratégies organisationnelles. J'évite au maximum les allers retours inutiles d'une pièce à l'autre, je regroupe, organise mon espace de travail de façon à avoir tout sous la main etc.
Ainsi, je regagne le temps que je perds en déplacements et mon travail est fait.
Mais pour combien de temps encore ?

J'appréhende le matin et le soir. Surtout le soir lorsque je dois repartir avec des collègues qui pressés me laissent loin derrière ce qui me rappelle encore plus ce que je ne peux plus faire : tout simplement marcher normalement.
Le dernier en date ne m'a d'ailleurs pas attendue...

Si ils savaient tous comme il est difficile de faire comme si de rien n'était alors que chaque pas, chaque geste... vous demande tellement d'énergie... Et bien, je préfère qu'ils ne le sachent pas et je me tais parce que je sais qu'il ne manqueraient pas alors de me pousser vers la sortie.
C'est terrible, mais c'est pourtant la triste réalité... Moins performant, tu gênes et très vite tu n'as plus ta place...

La maladie rend hélas vulnérable...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Déc 2014 20:07 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 18 Jan 2011 15:18
Messages: 1138
Tu es bien courageuse. Pour ma part, je suis reconnue travailleur handicapé,
j'ai changé de métier, j'ai aménagé mes horaires.
Et malgré cela je rencontre quand même des difficultés certains jours
mais je m'accroche pour pouvoir travailler.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Déc 2014 20:11 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 08 Sep 2013 18:59
Messages: 1138
Localisation: Yvoir Belgique
Je te comprends fort bien.
Super active, surdiplomée, j'ai de suite travaillé après ma sortie de l'université...j'aimais mon travail, j'étais bonne en plus dans ce que je faisais. Seulement, la maladie m'a rattrapé, et de licenciement en dépressions, d'accidents de voiture en burn-out...j'ai fini par capituler. J'ai lâché prise. Les réflexions sont dure à entendre. Mais personne n'est dans notre corps...et surtout aucun travail ne mérite que nous nous mettions en danger. AUCUN. J'ai tout perdu. J'étais une académique reconnue...je ne savais même plus faire une phrase :(

La société est basée sur la valeur du "faire" et non du "être". J'ai du apprendre à m'aimer en étant handicapée et incapable de travailler. Ma génitrice l'étant aussi et m'ayant éduqué dans l'idée que les handicapés étaient des déchets et des poids pour la société, je dois dire que j'ai eu du mal. Mais j'ai fini par m'aimer quand même malgré la maladie.
Et puis j'ai vu mon état s'améliorer grandement. Et grâce à mon statut d'handicapée je vais avoir de l'aide pour ouvrir ma consultation privée que je gérerai comme je veux, donc tu sais, les mots, ce sont des mots, tu es la personne que tu es, peu importe la maladie ou tes capacités.
Dirait-on à quelqu'un qui a le cancer qu'il est un incapable? non. A un enfant leucémique? Non plus. Ben pareil pour nous. Nous soigner prend déjà toute l'énergie alors travailler est impossible (c'est même un médecin de la mutuelle qui m'a forcée à arrêter vu mon parcours...pour te dire à quel point je ne voulais rien entendre).

Prends soin de toi surtout. un pas à la fois et puis si ça tombe tu retrouveras de belles opportunités professionnelles :) Garde espoir.

Je t'embrasse

_________________
Chaque jour est un pas vers la guérison


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Déc 2014 20:19 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 18 Jan 2011 15:18
Messages: 1138
Mais, il m'a fallu du temps " pour accepter" moi aussi j'avais un métier passionnant.
J'allais au travail dans des états pitoyables.
Et après il a fallut être raisonnable pour retrouver la santé et puis réfléchir à réaménager sa vie.
Cette période ça s'appelle le dénie de la maladie après il y a la colère et ensuite l'acceptation.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Déc 2014 20:37 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Jan 2006 21:21
Messages: 1494
Localisation: auvergne
mailys...
tu es dans le public ou le privé?

Il faut que tu passes le stade de l'acceptation de ta maladie, vivre avec et non pas lutter..
le regard des autres, cacher ton handicap au travail, j'ai connu.. bien sur..
j'ai mis du temps moi aussi..

on est qd même dans un pays super facile, le travailleur est super bien protégé.. il ne faut pas dire n'importe quoi... je trouve.. une grande chance on a...

tu dois décider :
je continue a travailler car pour moi c'est vital, c'est mon équilibre... ok...
ou bien, tu penses à toi et à te soigner en arrêt maladie, la santé passe avant le travail... ce que j'ai fait..

j'ai obtenu le statut de RQTH aussi, sans jamais avoir retravaillé.. suis reconnu handi. à 80 % par la mdph..ce sont les démarches a faire obligatoirement. tu auras des avantages.. et tu pourras accepter mieux ta situation , te trouver un post aménagé si tu le désires.. bien sur qu'il faut demander un poste aménagé... nos ainés se sont bagarrés toute leur vie, au prix du sang des fois.. pour obtenir ces avantages...

alors, arrêtes de te plaindre et fait ce que tu dois faire, RQTH, poste aménagé.. les entreprises ont besoin de 6% d'employés dans cette catégorie et ils en manquent presque tous.. va y... et si tu vas mieux... que tu retrouves le moral et la santé.. tu verras que tu auras envi de rester au chaud en RQTH... je connais personne qui une fois passé par RQTH veut revenir valide pour + travailler avec la même paie...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Déc 2014 21:00 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 18 Jan 2011 15:18
Messages: 1138
Moi je ne touche rien et n'ai pas de complément de salaire
car quand j'ai fait ma demande je travaillais déjà à mi-temps
( j'ai moi même aménagé ma vie après un an de chaumage ou j'en ai profité pour me soignai) .

Et je peux vous dire que j'ai des périodes ou je suis tellement faible qu'il me faut le fauteuil roulant.
Donc tout dépends de la commission.

J'ai joué l'honnêteté en disant que j'ai
des périodes de mieux, que ma maladie est surtout par poussé.

Donc j'ai un petit salaire + 90 euros de RSA.
Enfin bon dans la majorité des cas je ne suis loin de la grande forme....
Mais travailler pour moi ça m'aide pour le moral. Je veux une vie presque normal.

Infirmier c'est super physique quand même ! C'est impossible je trouve de travailler.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Déc 2014 21:19 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 08 Sep 2013 18:59
Messages: 1138
Localisation: Yvoir Belgique
"Arrete de te plaindre"...bien sûr, ça va aider tiens ça. Elle ne se plaint pas du tout en plus, elle explique sa tristesse...je ne comprends pas ce genre de phrase sur un forum d'entraide... :shock:

Pour info en Belgique lyme ni la fibro ne sont reconnues et j'ai eu seulement droit à de l'aide après 10 ans de lutte, alors faut arrêter aussi de faire comme si c'était si simple. Quand on est jeune surtout on a droit a rien et on nous prend pour des fous simulateurs. Et non je ne me plains pas, je raconte mon expérience. Il faut se battre pour se faire reconnaître.

Courage Maelys, surtout prend soin de toi, le travail est important mais il passe après ta santé.

_________________
Chaque jour est un pas vers la guérison


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Déc 2014 23:03 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 25 Août 2010 19:03
Messages: 7508
Localisation: bourgogne
reconnaissance de travailleur handicapé pour moi aussi
apres 4 ans de CLD j'ai pu reprendre mon travail
sauf que je ne peux plus enseigner au lycée à cause de l'hyperacousie , j'ai obtenu un poste au CNED

_________________
Et si tout le monde adhérait à l'association ET devenait bénévole ce serait bien non ?
http://www.forumlyme.com/phpBB3/viewtopic.php?f=3&t=3325

mon blog 12 000 articles sur les MVT
http://droopyyoupi.blogspot.fr
pour trouver quelque chose , taper droopyyoupi + le mot dans google ça va plus vite !

lien IHERB ici que GLOBALMAIL pour la livraison


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Déc 2014 08:19 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Oct 2005 19:15
Messages: 6210
Localisation: melleroy 45
Mailys

Tes questions furent les miennes il y a 10 ans.

Ce que tu vis je l'ai vécu, j'ai calculer mon gain de temps comme toi, je suis la reine de l'ergonomie!!!

10 ans après, je ne sais pas comment j'ai fait pour ne pas arrêté mais je n'ai jamais arrêté.

J'ai tout aménagé et diminué ma vie personnelles au maximum pour rester salariée.

J'ai cru crever pas mal de fois au boulot, pour l'instant je suis vivante mais j'ai des centaines de ficelles pour tenir.

J'en suis à être en l'apparence aussi normale que les autres, sauf que je ne cours plus, trop peur d'une chute.
Saches que sur une urgence on redevient à 100% normale, on agit normalement on a même plus mal le temps du rush, après on a mal mais c'est impressionnant cette absence de douleur durant la phase active.

Je l'ai encore expérimenté il y a 10 jours, mon bras gauche était out, et bien il ne l'a pas été quand il a fallu sonder et perfuser après la douleur est revenue.

Donc il y a 10 ans j'ai médité sur le fait d'être reconnue, ce qui veut dire aussi d'éventuels soucis si on doit faire un emprunt entre autre.

Et puis au bout de 6 mois de réflexions, j'ai décidé d'avancer comme si de rien n'était.

Les collègues ils savent, de toute façon ils le sentent quand ça va mal, j'embaume ou empeste le service (ça dépend du point de vu des collègues) d'HE.

Peut être que dans ton post tu pourrais récapituler tout ce que tu prend et que je pourrais te donner mon point de vu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Déc 2014 12:28 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 02 Oct 2014 18:32
Messages: 221
Localisation: Sud Vienne 86
Je suis IDE également depuis plus de 30 ans et comme toi, je me suis posée toutes ces questions, encore aujourd'hui, sans réponses.

Comme toi et tant d'autres, j'ai mis en place des stratégies d'ergonomie dingues, pour dissimuler et "faire comme si tout allait bien".....on est très douée parfois pour masquer ce que l'on voit tout de suite chez les patients, non ? :wink:
On a toujours cette image à renvoyer de la soignante en forme : pourquoi ne pas accepter d'ètre en souffrance, d'ailleurs ? Sujet à aborder ça .... :roll:

Comme toi, je me suis sentie dévalorisée car moins "performante"
Jusqu'au jour où mon corps en a eu marre de l'introspection à 2 balles, des questions ne menant que dans le mur, et mon corps a pris les choses en mains : il a dit STOP et il m'a obligée à lâcher prise .
Je suis en arrèt depuis mi août et je ne m' en rends compte que maitenant, tellement mon corps était épuisé et non écouté.
Cela ne m'arrange pas fiancièrement, cet arrèt long mais là, pas le choix.
Essaie d'écouter ton corps avant qu'il ne prenne le dessus.
Je sais, on ne sait pas trop faire , les soignant(e)s, et ben,faut apprendre :)

Ce que te dit Lali n'est pas "méchant" : il veut juste te pousser à bouger dans le bon sens : la délicatesse masculine a parfois ses limites :lol: ( :lo Lali)
Mais, si on ne prend pas les bonnes décisions au bon moment, on perd du temps, de l'argent, et de l'énergie.
Et ça passe effectivement, par l'acceptation de la maladie. Entre autres.

Pour tes collègues, montre les crocs une bonne fois, nom de Zeus, demande à ce qu'elles te fichent la paix, explique leur pourquoi , il n'y a aucune honte à avoir une Borréliose et sa cohorte de pb, et fais toi aider si tu ne trouves pas les bons mots (médecine du travail, psychologues intra ou hors service....)

Il est facile devant un écran d'écrire :"fais pas ci, fais pas ça " :wink: , les solutions ne sont pas tjs simples à trouver mais courage à toi


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Déc 2014 22:09 
Hors-ligne
membre actif
membre actif
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Jan 2006 21:21
Messages: 1494
Localisation: auvergne
Espoirenfin81 a écrit:
"Arrete de te plaindre"...bien sûr, ça va aider tiens ça. Elle ne se plaint pas du tout en plus, elle explique sa tristesse...je ne comprends pas ce genre de phrase sur un forum d'entraide... :shock:

Pour info en Belgique lyme ni la fibro ne sont reconnues et j'ai eu seulement droit à de l'aide après 10 ans de lutte, alors faut arrêter aussi de faire comme si c'était si simple. Quand on est jeune surtout on a droit a rien et on nous prend pour des fous simulateurs. Et non je ne me plains pas, je raconte mon expérience. Il faut se battre pour se faire reconnaître.

Courage Maelys, surtout prend soin de toi, le travail est important mais il passe après ta santé.

ça a l'air d'être un battante, c'est pour la secouer et qu'elle fasse ce qu'il y a a faire...
j'ai horreur de la compassion...

c'est pour aider pas pour faire mal..et c'est valable pour toi aussi.. :mrgreen:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 10 Déc 2014 15:02 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 08 Sep 2013 18:59
Messages: 1138
Localisation: Yvoir Belgique
Je trouve ça agressif et inefficace. La compassion est la base de l'empathie. C'est pas pour ça que je ne motive pas les gens à bouger. Je me bouge aussi comme vous pouvez le voir sur le forum. Mais je suis choquée par ce genre de propos que je ne cautionne pas. Ca n'a jamais aidé personne de lui dire 'arrête de te plaindre". Au contraire car on ne se sent pas entendu. Après bien sûr faut pas s'appitoyer des heures sur ses bobos c'est clair, mais l'encouragement me semble meilleur que des phrases assassines du genre. On m'a répété cette phrase toute ma vie...a au point où j'ai tenu 3 mois avec l'appendicite puisque je pouvais pas "me plaindre"...Donc en prime c'est dangereux. Très peu pour moi. après chacun son avis. Mais ici on est dans l'entraide, pas dans le "bouge toi le cul"..comme si on ne l'entendait pas assez déjà...

_________________
Chaque jour est un pas vers la guérison


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 10 Déc 2014 15:46 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 18 Jan 2011 15:18
Messages: 1138
Tout a fait d'accord Espoir.
On souffre assez du dénie de cette maladie
qui n'est pas facile à vivre et a accepter de la vivre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 10 Déc 2014 16:14 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 07 Déc 2014 20:53
Messages: 216
Bjour moi je dis si si on peut se plaindre!!!
:wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 30 Sep 2015 17:50 
Hors-ligne
membre actif
membre actif

Enregistré le: 19 Sep 2015 19:42
Messages: 100
Je me permets de venir poster par ici. Mailys, je ne sais pas si tu fréquentes encore le coin mais j'espère que tu as pu trouver une solution à tes problèmes.

Tout ce que tu racontes fait écho en moi. Je suis également infirmière (je viens d'être diplômée) et toutes ces stratégies je les ai également mises en place au cours de ma formation. Trois ans pendant lesquels personne n'a jamais rien su sur mes terrains de stage ni même à l'école. Faut dire qu'on n'est pas forcément bien entouré... Je me suis donc contentée des regards de travers et des jugements hâtifs. Trop peur de me faire recaler :S Les soignants les plus mal soignés?

Pour moi qui place l''humain au cœur de ce métier, je trouve les réflexions des collègues (et secrétaire!) bien basses et méchantes. Tu souffres en serrant les dents et en plus de ça tu te prends des remarques blessantes?! :rouge

Je te souhaite plein de courage dans ton combat!
Prends soin de toi :toubib
:wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Les heures sont au format UTC + 2 heures [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Recherche de:
Aller à:  


Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduit par phpBB-fr.com

 

 

Mentions légales | Media-tiques | France Lyme | Facebook | Twitter | RSS Contact

 

Application iPhone-iPod TouchApplication iPad

 

 

France Lyme France Lyme, Association de Lutte contre les Maladies Vectorielles à Tiques. BP 10049 / Arcueil, 94114 La Poste ARCUEIL PDC
SIREN : 509 637 500 • SIRET du siège : 509 637 500 00018 • NAF : 94-99 Z

 

Association reconnue d'intérêt général.